incubateur digitale accompagnement entreprise site internet stratégie

Qu’est ce qu’un incubateur digital comme Daylee peut apporter à votre entreprise ?

Alors tout d'abord bonjour Doriane, présente toi un petit peu ? Quel est ton parcours ?

Bonjour Guillaume ! Alors mon parcours : je suis sortie d’une école supérieure de Communication 360° en 2015, après quoi je me suis tout de suite lancée en auto-entrepreneure. J’ai commencé par faire mes armes aux côtés de start-ups issues des métiers du cosmétique, du spiritueux et de la fine tech. Au fur et à mesure de mes expériences, j’ai détecté de réels besoins chez les entrepreneurs, ce qui m’a conduite à lancer mon incubateur digital, dédié à la création de projets entrepreneuriaux de tous horizons : Daylee !

Maintenance et sécurisation d'un site WordPress

Tu es la dirigeante de : Daylee, quel est l’objectif de cette société ?

Nous sommes 3 en réalité à agir au sein de l’entreprise. Alex et Kim sont à mes côtés, rendons à César ce qui lui appartient ! Daylee est un accélérateur de business. L’objectif est de construire des offres accessibles et transversales, pour accompagner l’entrepreneur de sa création d’entreprise jusqu’à son lancement “public”. On va toucher à toutes les ressources qui lui sont et lui seront nécessaires : comprendre et adopter l’état d’esprit entrepreneurial, supprimer les blocages, apprendre à piloter une entreprise, gérer ses relations professionnelles

On n’éduque pas réellement à entreprendre aujourd’hui, or, je pense que c’est essentiel en 2022, et ça le sera encore davantage dans les années à venir. C’est ce que l’on fait !

Quel type d'accompagnement pouvez-vous mettre en place ?

Aujourd’hui, nous travaillons sur trois offres différentes mais complémentaires :

  • Le mentoring d’entrepreneurs : on accompagne sur 3 mois l’entrepreneur, et on résout un par un les problématiques qu’il connaît. On agit sur lui et sur son entreprise, à toutes les phases de son développement.
  • La stratégie : cette offre est plutôt une sorte de one-shot. En général, ce sont des entrepreneurs avec un peu de connaissances du milieu, qui nous sollicitent pour que l’on confectionne une note de recommandations stratégiques, articulée autour du business développent, autour de la communication globale, autour du digital, ou encore les 3 axes à la fois.
  • Les ateliers : pour ces derniers, qui peuvent avoir lieu en accéléré ou en cours du soir, j’ai 40 heures pour façonner le business de porteurs de projets qui viennent apprendre à mettre leur entreprise sur les rails. Ils veulent lancer leur boutique en ligne, ils sont artisans commerçants ou encore créateurs de contenu ; on adapte les promos pour faire des pools d’entrepreneurs issus de secteurs d’activité complémentaires ou identiques. L’objectif c’est qu’à la fin de l’atelier, chacun puisse repartir avec son business plan, sa stratégie de communication et son calibrage de prix, qu’il aura construit pas à pas sous notre contrôle, pour le rendre autonome par la suite.
comment se faire accompagner dans le digital

Vous avez un système de candidature pour le mentoring, pourquoi cette solution ?

On nous pose souvent cette question, et c’est bien moins élitiste qu’il n’y paraît ! Le mentoring est un cas particulier du coaching, qui nécessite une réelle symbiose entre le mentor et le mentoré. Si les convictions ne sont pas les mêmes, si les philosophies ne sont pas partagées, si les ambitions ne sont pas comprises, le mentoring peut n’avoir aucun effet. On a une gestion de notre entreprise dans l’hyper-transparence, et on souhaite que le module Mentorship corresponde à 100% aux attentes de notre interlocuteur. La phase de candidature nous permet de comprendre si nous pouvons réellement apporter un boost à l’entrepreneur et si notre action sera réellement game changer pour lui et son business.

Existe-t- il pour toi une sorte de stratégie marketing universelle qui peut être appliquée à tous les secteurs ? Ou celles-ci doivent-elle toutes être personnalisées en fonction des profils ?

Alors merci INFINIMENT de me poser cette question, ça va me permettre de me faire quelques ennemis ! Non évidemment, AUCUNE stratégie marketing n’est universelle, tout simplement parce que chaque cas ou presque, est un cas particulier. Bien sûr, on peut partir du principe qu’en 2022, à peu près toutes les stratégies marketing parleront de social media. Mais quel intérêt de faire payer des entrepreneurs qui débutent, pour accéder à une formation qui leur raconte que s’ils se mettent sur les réseaux sociaux et qu’ils créent du contenu, alors ils deviendront riches dans l’année ? Je pointe ici du doigt les faux coach en communication, qui profite de la peur de l’échec des entrepreneurs qui se lancent, pour leur vendre des bunddles de formation aussi inutiles qu’immoraux. Tous ne le sont pas bien sûr, mais j’en vois tellement… On vous voit 👀

Pour reprendre cet exemple, être sur les réseaux sociaux peut être tout à fait efficace, évidemment. Mais encore faut-il savoir proposer le bon contenu aux bonnes personnes, aux bons moments. Sans avoir cette clef là, qui nécessite une réponse PERSONNALISÉE, il y a un gros 70% de risques de s’asphyxier dans de la création de contenu qui ne transformera jamais, et qui au contraire, va finir par épuiser et décourager.

Comment vois-tu l'évolution de l'entrepreneuriat depuis la covid ? As-tu remarqué un avant après ?

Bien sûr ! Et je dois dire que j’en suis ravie. Non seulement parce que Daylee a de l’avenir, parlons clairement, mais surtout parce que je crois à l’épanouissement par l’entrepreneuriat, dur comme fer ! Les entreprises en création ont augmenté en flèche, et ça prouve bien les limites du salariat archaïque tel qu’on le connait. Je crois que c’est surtout un signe qu’il faut revenir à un recrutement, une entreprise et une vie d’entreprise plus saine, plus mesurée, plus humaine et humanisée. Parce que si les humains se mettent à entreprendre massivement, c’est à mon avis au moins en partie parce que leur quotidien salarié ne les comble pas tout-à-fait.

Peux-tu donner quelques conseils aux entrepreneurs qui cherchent à se faire connaître sur le web ? Je pense aux créateurs de bijoux, de vêtements pour enfants parmi mes clients par exemple.

Je peux, mais je me sens obligée de faire un petit disclaimer pour ne pas me contredire, en rappelant que ces conseils sont génériques, s’appliquent à tous les entrepreneurs ou presque, mais qu’ils ne suffisent pas à devenir rentables ni à avoir le succès de notre ami Bezos. Ils DOIVENT être personnalisés, appliqués à l’entrepreneur en question et retravaillés en fonction.

Maintenant l’avertissement fait, je dirais que s’il y a bien une chose qui doit être prise en compte aujourd’hui, c’est ce qu’on appelle le personal branding. Faire de soi une marque, travailler chaque détail en cohérence, et donner une vraie vision neuve d’un marché. Cette idéologie de l’entrepreneur-star commence à s’essouffler tout doucement, mais avant qu’il ne soit complètement sous-oxygéné, il a encore de beaux jours. Pour commencer à avoir un impact intéressant, complétez ces phrases, qui vous feront vous poser des questions fondamentales :

  1. mon entreprise est la seule à […]” : ça peut être “mon entreprise est la seule à proposer cette offre”, ou bien “mon entreprise est la seule à proposer cette offre à cette cible”, ou bien “mon entreprise est la seule à proposer cette offre comme ça
  2. “si mon entreprise était un humain, ses 3 valeurs principales seraient : […] […] […]”
  3. “ma marque, c’est ce que les gens disent de moi quand je sors de la piè En sortant de la pièce, j’aimerai qu’on dise de moi que […]”

Je pense qu’avec ça, nos lecteurs ont un bon début de réflexion !

On arrive à la fin de cette interview, merci Doriane d’avoir pris ce temps avec moi, longue vie à Daylee et je te laisse le mot de la fin !

Merci à toi Guillaume pour ta sollicitation, c’est toujours un plaisir de pouvoir s’exprimer aussi librement sur un support ! Pour le mot de la fin, je dirai que ce qui fait peur ne tue pas, et que la peur n’empêche pas le danger. La première barrière à l’entrepreneuriat, c’est la peur. La peur de l’échec, la peur de l’insécurité. Mais il faut le voir comme une aventure, il faut s’entourer des bonnes personnes et se dire que si on met tout en œuvre pour y arriver, il y a peu de raisons pour que ça ne marche pas. On ne met pas un enfant au monde sans avoir peur de l’avenir, pourtant, on le fait (la plupart du temps). Pour le business, c’est pareil. C’est un long mot de la fin, je m’arrête là ! Bon business games à tous !

Retrouvez Daylee sur son site et sa page Insta :

Images : Freepik, rawpixel.com, luis_molinero

Partagez :

Facebook
LinkedIn
Twitter

D'autres articles en lien

La dernière actu Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Recevez tous mes conseils marketing directement dans votre boite mail !

newsletter conseil marketing digital lyon

Une newsletter pour les gouverner toutes

Astuces, conseils, podcasts et tutoriels pour votre marketing digital directement dans votre boite mail.